Droit de réponse de Jean-Luc ROTUREAU du jeudi 24 février 2021

Droit de réponse de Jean-Luc ROTUREAU à l’article paru sur Angers My Info jeudi 24 juin 2021

Dans une conférence de presse relayée par votre média, Christophe BECHU apporte son soutien à nos concurrents pour les élections départementales. Je souhaite apporter un droit de réponse alors qu’il ne sera plus possible juridiquement dans quelques heures.

A quelques jours des élections, le débat démocratique doit vivre.

Tout au long de cette campagne qui s’achève, avec « une équipe à vos côtés », mes trois co-listiers et moi nous nous sommes attachés à aller à la rencontre des gens, écouter, faire des propositions, construire pour un département meilleur et plus solidaire. Volontairement, nous n’avons jamais souhaité attaquer nos concurrents avec lesquels la campagne s’est bien déroulée. Il faut aujourd’hui une intervention extérieure pour que le ton change ! Depuis mardi, 25 de nos sympathisants sillonnent chaque rue du canton pour distribuer notre dernier tract dans 17000 boites aux lettres, qui fait suite aux 5 autres plus spécifiques depuis un mois, sans compter nos professions de foi. Engagés sur le terrain comme nous le sommes depuis longtemps, nous agissons concrètement et les habitants le savent bien puisque 48,63% des électeurs se sont reconnus dans notre démarche au 1er tour des élections départementales dimanche dernier.

Pourquoi faut-il alors que Christophe BECHU mette son grain de sel partout, avec une sorte de boulimie hégémonique, entrainant probablement avec lui des Maires qui n’ont rien demandé ? Pourquoi ces polémiques stériles et cette vision binaire de la politique ?

Pourquoi faut-il falsifier les réalités et jouer sur la peur de mon ancienneté au Département (2001 et non 1995) alors que lui-même a commencé son 1er mandat municipal en 1995, la même année que moi à Angers ? Pourquoi faire croire qu’avec mes collègues nous n’avons servi à rien alors que précisément, j’ai défendu depuis toujours Terra Botanica ou le village St Exupéry sur ce canton, avec courage parfois, alors que plus de 4 millions de déficit de Terra Botanica avaient été cachés par l’équipe de Christophe BECHU ? Pourquoi dire qu’il n’y a rien eu du département pour certaines communes, comme à Avrillé, quand différentes aides sont amenées régulièrement comme par exemple 7000€ de subventions à la fédération sportive ASA pour le sport santé sur les années 2019-2020 ou d’autres encore plus importantes à la Fédération sport pour tous pour des actions au centre de réadaptation fonctionnelle sur les Hauts de St Aubin ? Toutes ces actions sportives, très utiles et efficaces, sont réalité aujourd’hui car je milite depuis des années au sein du département, en partenariat intelligent au sein de la commission adéquat. Pourquoi dire que j’ai fait vingt d’ans d’opposition au département alors qu’avec les collègues de différentes sensibilités nous portons, avec succès et quotidiennement de multiples dossiers dans un esprit constructif et en partenariat avec les Maires du canton ?

 Oui il y a eu et il y a des divergences au département sur des dossiers essentiels.

C’est celui de la protection de l’enfance qui a fait l’objet de multiples articles. C’est une grande souffrance pour de nombreuses familles et enfants ballotés d’un endroit à un autre, pour des associations dont une de notre canton à Angers qui a du licencier des salariés. Nous n’avons pas beaucoup entendu le Maire d’Angers sur ce sujet. Aujourd’hui, les collègues de la majorité départementale commencent à prendre conscience des erreurs humaines et financières qui ont été commises car les mauvaises réformes engagées ont coûté très cher à la collectivité.

Faut-il reparler de l’endettement énormissime laissé par C. BECHU en 2014 à son successeur qui a reconnu que le département, selon ses propres propos, étaient au bord de la faillite avec une dette de 450 millions ramenée aujourd’hui à 350 ? Par nos interventions répétées, la majorité départementale nous a entendus et l’annuité de la dette coûte aujourd’hui 8 millions de moins  (41 contre 49). Cela a évité de nouvelles hausses d’impôts et l’argent épargné permet différentes actions sociales, citoyennes, culturelles et sportives. Avec mes collègues, nous sommes des élus actifs qui ont agi de manière positive et dynamique. Nous en sommes fiers !

Pourquoi détourner les sujets, alors que, par exemple, sur le quartier des Hauts de St Aubin, des médiateurs, professionnels et habitants nous font part des souffrances vécues par le manque de présence humaine sur ce quartier ?Des moyens pour les éducateurs de la prévention spécialisée, compétence du département,  ont été diminués depuis des années sous l’ère du Maire d’Angers quand il était encore Président du Département ? Oui nous nous sommes opposés et nous avons bien fait ; des habitants ne vivent pas toujours bien les situations !

Nous construisons avec les gens de bonne volonté, nous nous opposons quand les décisions sont mauvaises. C’est juste du bon sens. Nous ne nous immisçons pas dans la politique des mairies, nous ne pensons pas très sain ni raisonnable qu’un Maire, de surcroit Président d’Agglomération, veuille rentrer dans un débat départemental sur des sujets où manifestement il n’a pas laissé que des souvenirs positifs. En cette fin de campagne, il parait préférable pour la démocratie que chacun garde son sang-froid.

Jean-Luc ROTUREAU

25 juin 2021

Rejoignez Nouvel Élan

Vous souhaitez rejoindre un lieu de débats ou différentes sensibilités se croisent dans un esprit toujours constructif pour réfléchir aux grands enjeux de notre monde si complexe.

Vous souhaitez vous engager au service de notre beau territoire Angers Loire Métropole et être utile à ses habitants en réfléchissant à des solutions concrètes et pragmatiques.

Vous souhaitez discuter avec des élu.e.s locaux, de terrain, engagés pour la transition écologique et la solidarité et leur apporter vos expertises, vos compétences ou les interroger sur les politiques qu’ils mènent.

Rejoignez-nous en adhérant à Nouvel Élan « Adhérer »– Nous avons besoin de vous – Nous vous attendons.

Si vous ne souhaitez pas être actifs mais vous soutenez nos valeurs que vous pouvez retrouver su ce site « Nos valeurs », aidez-nous en faisant un don « Faire un don » ou en adoptant le statut de coopérateur (1). C’est important pour que Nouvel Élan continue d’exister et d’évoluer, vous serez ainsi informés de nos actualisés et invités à participer à nos évènements.

(1)  est coopérateur, toute personne non adhérente à Nouvel Élan faisant un don annuel 

 

Aménagement du territoire Maine et Loire: nos élus interviennent

Nos élus et Conseillers Départementaux Jean-Luc ROTUREAU et Grégory BLANC interviennent au sujet de l’Aménagement du territoire.

Courrier adressé aux maires de Maine-et-Loire, aux responsables associatifs et aux organisations syndicales le 15 avril 2015, pour y accéder cliquer sur le lien suivant: Courrier SRADDET 15-04-2021
Ci-après l’article publié par Ouest France avec le Courrier d’Ouest le 21 avril 2021

« Maine-et-Loire – Aménagement du territoire : la gauche ne veut pas qu’on oublie l’est du département »

Les conseillers départementaux Jean-Luc Rotureau et Grégory Blanc posent un regard critique sur le SRADDET que vient d’adopter la Région des Pays de la Loire.

L’ambition pour le Maine-et-Loire est insuffisante. La façade littorale, en Vendée et Loire-Atlantique, est privilégiée. Grégory Blanc et Jean-Luc Rotureau, conseillers départementaux (Nouvel Élan), sont assez critiques sur le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) adopté par la Région. Une phase d’enquête publique s’ouvre au deuxième semestre. Ils invitent les élus, responsables associatifs, syndicats et simples citoyens à s’en saisir pour dire combien le document est déséquilibré. Le désenclavement de l’est du Maine-et-Loire est oublié, estime le président du groupe l’Anjou en action, Grégory Blanc. C’est le document qui homogénéise l’ensemble des autres documents d’aménagement du territoire. Un schéma essentiel à l’heure de la transition écologique. À l’échelle régionale, il permet aussi de capter des financements européens.

Quid d’Angers-Marcé ?

On n’est pas en désaccord avec tout, mais on relève des manques, ajoute Jean-Luc Rotureau. Il cite l’importance des polarités pour limiter l’étalement urbain et les déplacements, en mettant des services à disposition de la population. Il souhaite un débat sur la complémentarité de l’aéroport d’Angers-Marcé avec Nantes, pour voir comment cela peut être une chance pour le développement de notre territoire vers l’est.

« Le vélo du quotidien »

Leader de la gauche départementale, Grégory Blanc veut renforcer le rail, en décongestionnant la ligne Nantes-Angers avec une troisième voie ; en étudiant un tram-train Angers-Saumur ; en développant le TER entre Tours, Saumur, Bressuire et La Roche-sur-Yon ; en articulant les aires de covoiturage avec les arrêts de bus et les gares.

Pour encourager le vélo, les élus de l’opposition départementale proposent des encorbellements sur les ponts. Pour Jean-Luc Rotureau, il ne faut plus seulement penser au vélo tourisme, avec la Loire à vélo, mais au vélo du quotidien.

Communiqué de presse – La Roseraie

Quand le «en même temps» devient le ni-ni !

Alors que les difficultés, les incivilités et les violences ne cessent d’augmenter à la Roseraie, nous savions déjà depuis quelques semaines que le maire d’Angers n’avait pas réussi à obtenir des moyens supplémentaires en matière de sécurité et de forces de l’ordre n’ayant pas pas obtenu le label de Quartier de Reconquête républicaine.

Angers et ses quartiers sont encore aux abonnés absents dans le cadre de la mise en place des « bataillons de la prévention » .

On pouvait penser que C. Béchu était devenu un adepte du « en même temps » finalement Angers glisse dans le ni-ni. Ni moyens supplémentaires pour la police, ni moyens supplémentaires pour la prévention.

Cela pourrait nous faire penser à cette phrase culte du film de Matthieu Kassovitz « La Haine » : « C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. Mais l’important, ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. »

Élargissement du contournement Nord sur l’A11: Intervention JL Rotureau

Intervention de Jean-Luc ROTUREAU auprès du Préfet de Maine et Loire lors de la session du Conseil Départemental du 12 octobre 2020

Monsieur le Préfet,

Ma question portera sur l’élargissement prévu de l’A11 entre les sorties 15 et 17, aux portes d’Angers. Il est en effet prévu de réaliser une troisième voie dans les deux sens. Cofiroute a lancé ses appels d’offre auprès des entreprises pour démarrer de façon imminente la réalisation qui commencera par le doublement du viaduc actuel sur la Maine. Le montant affiché des travaux est de 70 Millions (valeur 2016).

Avec Marie-Hélène CHOUTEAU, nous avons reçu les associations et collectifs qui luttent contre ce projet. Nous sommes en effet élus sur le canton Angers 4 sur lequel une grande partie du projet est prévu.

Dès le 7 mars de cette année, nous lisions dans la presse que pour l’Autorité environnementale ce projet pose question. Bien sûr une concertation publique, très confidentielle, avait bien eu lieu en mars-avril 2018 mais réduite à trois questions qui ne portaient pas sur le pourquoi ou la validité du projet mais uniquement sur ses conséquences, par exemple sur les solutions de déplacement pendant le chantier ou l’information nécessaire quant aux travaux.

C’est assez logique car de fait ce projet a été décidé et déclaré d’intérêt général le 3 Mai 1998 ! Qui s’en souvient parmi nous et surtout le monde n’a-t-il pas changé depuis 22 ans ?

Ce projet semble aujourd’hui une hérésie. D’une part, le besoin n’est absolument pas avéré et ne répond à aucun problème important de circulation. D’autre part, et je parlerai essentiellement du doublement du viaduc, il est une atteinte importante à la protection de la nature, en toute proximité des basses vallées angevines, dans une zone humide faisant l’objet de nombreuses protections, ZNIEFF, NATURA 2000, ENS ici au département… Nous sommes là à deux pas d’un havre de biodiversité. Ce projet est en contradiction totale avec les plans climat déclinés à tous les niveaux, au niveau mondial, Européen, Français : l’objectif est de réduire les effets de serre de 40% d’ici 10 ans, et pour les transports de 25 à 30%….Au niveau local, Angers Loire Métropole l’objectif est aussi de moins 30%.

Alors que des assises de la transition écologique s’ouvrent à Angers Loire Métropole ce mois-ci, que le Pont de Segré, tout proche du futur viaduc a été transformé tout récemment en voie douce, que tous les acteurs semblent se mobiliser pour laisser une planète vivable à nos enfants, que nous parlons régulièrement dans cette enceinte de développement durable, qu’une loi LOM a été votée l’an dernier pour changer nos pratiques des transports, de tels projets routiers sont aujourd’hui décalés !

A l’heure où les besoins d’argent sont phénoménaux pour répondre à l’importante crise que nous traversons, mais aussi par exemple pour construire et réparer des maisons, des Ponts, des liaisons routières minimales, des équipements dans les Alpes Maritimes, ce projet est à mes yeux totalement insensé et ne devrait plus être d’actualité.

Monsieur le Préfet, vous aviez été interrogé au printemps sur ce sujet et vous aviez dit souhaiter un temps supplémentaire de réflexion, lié à la crise sanitaire. J’aimerais savoir où en sont les procédures d’avant construction, notamment en termes d’enquête publique, mais aussi votre point de vue sur ce projet. Je sais que la Ministre Barbara POMPILI a été interpelé mais nous voudrions en savoir plus.

Je vous remercie.

Jean-Luc ROTUREAU