Dans ce dossier, vous évoquez les trois marqueurs identitaires que sont la citoyenneté, le développement durable, les innovations et coopérations territoriales.

Mon intervention porte sur la citoyenneté.

Un travail important a été engagé et notre groupe y prend sa part. La crise sanitaire a un peu ralenti ce qui était engagé et les rencontres sont de fait plus compliquées. La visio ne peut remplacer les rencontres physiques et nous devons tenir compte de ce contexte.

7 projets ont été identifiés sous le vocable citoyenneté et des actions vont s’engager sur la base de ces projets. C’est un premier pas qu’il faut souligner. Nous souhaitons cependant que notre collectivité soit encore plus volontariste et le démontre dès ce budget.

D’une part, les sommes allouées à l’ingénierie d’animation de la citoyenneté nous semblent beaucoup trop courtes. 65 000€ ne suffiront pas à développer beaucoup de projets, notamment parce que cette somme intègre le guide de la participation.

D’autre part, nous croyons aussi que ce budget est trop juste car nous devons imaginer et construire une politique qui va au-delà de ces 7 projets. Nous avons eu beaucoup d’échanges sur ce qu’on voulait faire de la citoyenneté. Nous n’avons pas senti de désaccord majeur avec nos propositions. Celles-ci sont, entre autres, articulées autour de la notion de participation des usagers : que ce soit dans les MDS, dans le secteur de la protection de l’enfance, ou sur toute politique publique comme par exemple le schéma vélo du quotidien. Comment comptons-nous intégrer partout où c’est possible les habitants à la co-construction de nos politiques publiques ? Comment permet-on à chacun, quel que soit son âge, sa condition sociale ou financière, son lieu de vie dans le département, de participer à nos côtés à la réflexion sur les améliorations à apporter ? Ce que notre groupe demande est évidemment encore un cran au-dessus de ce qui se met en place. Ceci nous semble très réaliste et nécessiterait probablement un budget dès cette année qui soit supérieur à celui que vous proposez.

Jean-Luc ROTUREAU